Un père viole sa fille de 3 ans, la mère risque la prison et il a toujours ses droits de garde

Voici le témoignage d'une maman qui explique son calvaire judiciaire, depuis qu'elle a porté plainte pour les viols commis sur sa fille de 3 ans par le géniteur.


La fillette de 3 ans et demi a dénoncé à plusieurs reprises des viols apparemment répétés commis par son père lorsqu'elle devait lui rendre visite (un week-end sur deux et la moitié des vacances).


La maman a donc porté plainte. Elle explique son calvaire judiciaire dans cette vidéo.

Ce type (violent conjugal) a frappé sa fille quand elle refusait des viols (des viols anaux qui laissent moins de traces).


▶ La petite a aujourd'hui 4 ans et demi.


Un expert considère qu'elle ne peut pas inventer ce qu'elle a raconté avec ses morts d'enfant.

Elle a été entendue dans une audition Mélanie filmée, et un signalement a été fait.


Mais jusqu'à présent, la justice refuse de protéger l'enfant en raison de la présomption d'innocence. La procédure pour les viols traîne et en attendant le procès, aucune mesure de protection n'est prise.


Les droits du (présumé) pédo passent encore avant ceux de la victime, même âgée de 4 ans.


La maman qui tente de protéger sa fille se trouve aujourd'hui en non-représentation d'enfant et risque la prison ferme. Elle est même menacée du placement de sa fille qui serait "en danger"... chez sa mère. On connaît la chanson, trop bien.


En 2018 un voisin du (présumé) pédo avait pourtant fait une information préoccupante concernant l'enfant. Il a décrit les violences de pédo dans la rue sur son ex, son alcoolisation, les problèmes qu'il cause dans le quartier.

L'ex a décrit les mêmes faits sur PV.

Que se passe-t-il? Rien.

195 vues1 commentaire