Mobilisation "Rendez-nous nos enfants" le 29 janvier

Le 29 janvier à 10h, des parents démunis face à la justice organisent un regroupement devant le TGI du Puy-en-Velay, pour dénoncer des situations de placements des enfants qu'ils ne comprennent pas.


Les placements abusifs ne sont pas le coeur du combat de ce site, mais ce problème fait partie des problèmes rencontrés par les familles dans le cas de dénonciations d'abus sexuels sur mineurs.

Le rôle des services sociaux, tout puissants, est souvent controversé dans ces affaires.


Nous ne pensons pas que les décisions souvent aberrantes qui sont prises soient le fait d'une volonté de mal faire. Mais il faut que les professionnels des services sociaux tendent davantage l'oreille vers les familles et les enfants surtout, qui n'ont généralement pas voix au chapitre.


==> Un article du progrès sur cette mobilisation, qui dure depuis plusieurs mois.


Voilà le communiqué de ces parents:

Cette manifestation fait suite au reportage sur France 3 qui s’intitule : "les oubliés de la république" ou au super reportage qu’il y a eu le 15 septembre 2014 qui s’intitulait “enfants en souffrance la honte”, qui dénoncent les conditions de placement des enfants dans les foyers.

Or nous nous aimons nos enfants sinon nous ne nous battrions pas pour les récupérer.


Les services sociaux font des rapports fallacieux, mensongers et sans preuves avérées contre nous, ce qui a comme conséquence le placement de nos enfants.


Nous ne sommes pas contre les placements mais contre ceux donc le danger n’est pas justifié. Nous avons la certitude que nos enfants sont plus en danger dans les foyers que chez nous et au regard de ses deux reportages à juste titre.


Un enfant ne peut grandir et s’épanouir loin de l’amour de ses parents, familles et amies. Mais la justice et les services sociaux ne fond rien pour aider à maintenir les liens familiaux et amis de l’enfant placé. Une mesure d’AEMO ou une médiation conjugale suffiraient à maintenir et à solutionner les problèmes qui nous sont soi-disant reprochés. Un placement n’est pas nécessaire et en plus prive un enfant réellement en danger d'une place dans un établissement ou une famille d'accueil. Nos enfants sont nés au cœur d’un foyer de parents bienveillants, ils ne présentent aucun problème. Il n’existe aucun danger avéré qui pourrait susciter une rupture du lieu familial. Ils ne présentent non plus aucun antécédent de mauvais traitements physiques ou psychologiques


Avec nous, les enfants trouvent complètement leur équilibre:

  • Épanouissement personnel

  • Loisirs

  • Contacts sociaux

  • Résultats scolaires adaptés

En foyer nos enfants sont confrontés à la violence institutionnelle et à des carences affectives. Nos enfants ne peuvent que régresser loin de l'amour de leurs parents. Des décisions aussi douloureuses et traumatisantes ne peuvent être prononcées sur de simples interprétations, fussent-elles proposées par des professionnels de la protection de l'Enfance. Aucun élément factuel ne permet d'étayer les accusations qui ont motivé ces décisions et ne justifie, de fait, l'urgence d'un éloignement. Les traumatismes induits par ces éloignements et les méthodes employées pour les mettre en œuvre, sans commune mesure, avec la situation de nos enfants, nous apparaissent lourdement préjudiciables et en contradiction manifeste avec l'intérêt supérieur de l'enfant. VENEZ NOMBREUX ENSEMBLE NOUS FERONS FORCE



146 vues0 commentaire